•  

     

    Défi traduction du 2 au 9 avril :

    voici les vers 18 à 27 à traduire !

    Profitez-en bien !

     

     

     

    Λάδων ἀλλ᾽ οὔπω μέγας ἔρρεεν οὐδ᾽ Ἐρύμανθος,


    λευκότατος ποταμῶν, ἔτι δ᾽ ἄβροχος ἦεν ἅπασα


     Ἀρκαδίη· μέλλεν δὲ μάλ᾽ εὔυδρος καλέεσθαι


    αὖτις· ἐπεὶ τημόσδε, Ῥέη ὅτ᾽ ἐλύσατο μίτρην,


    ἦ πολλὰς ἐφύπερθε σαρωνίδας ὑγρὸς Ἰάων


    ἤειρεν, πολλὰς δὲ Μέλας ὤκχησεν ἁμάξας,


    πολλὰ δὲ Καρίωνος ἄνω διεροῦ περ ἐόντος


     ἰλυοὺς ἐβάλοντο κινώπετα, νίσσετο δ᾽ ἀνήρ


    πεζὸς ὑπὲρ Κρᾶθίν τε πολύστιόν τε Μετώπην

     

    διψαλέος· τὸ δὲ πολλὸν ὕδωρ ὑπὸ ποσσὶν ἔκειτο.

     

     

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    Voici le résultat

     

    du défi traduction de la semaine !

     

     

     

    Proposition de Citronnelle :

     

    Λάδων ἀλλ᾽ οὔπω μέγας ἔρρεεν οὐδ᾽ Ἐρύμανθος,


    λευκότατος ποταμῶν, ἔτι δ᾽ ἄβροχος ἦεν ἅπασα


    Ἀρκαδίη· μέλλεν δὲ μάλ᾽ εὔυδρος καλέεσθαι

     


    αὖτις· ἐπεὶ τημόσδε, Ῥέη ὅτ᾽ ἐλύσατο μίτρην,


    ἦ πολλὰς ἐφύπερθε σαρωνίδας ὑγρὸς Ἰάων


    ἤειρεν, πολλὰς δὲ Μέλας ὤκχησεν ἁμάξας,


    πολλὰ δὲ Καρίωνος ἄνω διεροῦ περ ἐόντος


    ἰλυοὺς ἐβάλοντο κινώπετα, νίσσετο δ᾽ ἀνήρ

     

     

    πεζὸς ὑπὲρ Κρᾶθίν τε πολύστιόν τε Μετώπην


    διψαλέος· τὸ δὲ πολλὸν ὕδωρ ὑπὸ ποσσὶν ἔκειτο.

    Mais le Ladon, le grand Ladon, n'y coulait pas encore, ni l'Erymanthe,

     

    Le plus limpide des fleuves, et elle était encore toute entière dénuée d'eau,

     

    L'Arcadie. Pourtant, « à la très belle eau » allait-elle être appelée

     

    Un jour. Jadis, précisément, lorsque Rhéa dénoua sa ceinture,

     

    De nombreux chênes, au-dessus de l'humide Iâon,

     

     S'élevaient, tandis que le Mélas portait de nombreux chars,

     

    Et que nombreux, au-dessus du Kariôn humide,

     

    Etaient les animaux qui avaient installé leurs tanières ; l'homme traversait

     

    A pied le Crathin et la pierreuse Métôpè,

     

    Assoiffé ; et l'étendue d'eau, c'est en dessous de ses pieds qu'elle se trouvait.

     

     

     

     

    Proposition de Fred :

     

     

    Λάδων ἀλλ᾽ οὔπω μέγας ἔρρεεν οὐδ᾽ Ἐρύμανθος,


    λευκότατος ποταμῶν, ἔτι δ᾽ ἄβροχος ἦεν ἅπασα


    Ἀρκαδίη· μέλλεν δὲ μάλ᾽ εὔυδρος καλέεσθαι

     

    αὖτις· ἐπεὶ τημόσδε, Ῥέη ὅτ᾽ ἐλύσατο μίτρην,


    ἦ πολλὰς ἐφύπερθε σαρωνίδας ὑγρὸς Ἰάων


    ἤειρεν, πολλὰς δὲ Μέλας ὤκχησεν ἁμάξας,


    πολλὰ δὲ Καρίωνος ἄνω διεροῦ περ ἐόντος


    ἰλυοὺς ἐβάλοντο κινώπετα, νίσσετο δ᾽ ἀνήρ

     

     πεζὸς ὑπὲρ Κρᾶθίν τε πολύστιόν τε Μετώπην


    διψαλέος· τὸ δὲ πολλὸν ὕδωρ ὑπὸ ποσσὶν ἔκειτο.

    Mais le profond Ladon ne coulait pas encore, ni l'Erymanthe,

     

    le plus limpide des fleuves, et toute l'Arcadie était encore privée d'eau:

     

    elle devait, pourtant, être nommée bien pourvue en eau à l'avenir. Et,

     

    jusqu'au moment où Rhéa détacha sa ceinture,

     

    l'humide Iaôn faisait grandir de nombreux vieux chênes caverneux, 

     

    le Mélas, lui, portait de nombreux chariots et, au-dessus du liquide Cariôn

     

    bien que charriant des alluvions, se jetaient des reptiles. Un homme, pouvait se promener  

     

    à pieds sur le Crathis et rester sans boire sur la Métope pleine de cailloux:

     

    la grande quantité d'eau se trouvait sous ses pieds.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique